[Conférence] “Les affects conversationnels à l’ère des technologies relationnelles: dissolution de l’intersubjectivité ou nouvelle intelligence des rapports ?” Fauré & Ghliss, Toulon, 2020.

Colloque européen Pharmaphone, 15-16 janvier 2020.

Programme disponible en ligne : lien 

“Les affects conversationnels à l’ère des technologies relationnelles : dissolution de l’intersubjectivité ou nouvelle intelligence des rapports ? Le cas des pratiques interactionnelles de WhatsApp

Laurent Fauré & Yosra Ghliss

Université Paul-Valéry Montpellier 3

 

 

S’il est convenu de faire de nos technologies relationnelles le « bouc émissaire » de la désagrégation des rapports socioindividuels, un certain nombre d’auteurs, en particulier autour des travaux de Bernard STIEGLER, mettent en balance l’ambivalent apport pharmacologique, remède et poison des instruments contemporains destinés à lire, écrire, communiquer, relier : il s’agit bien de nosartefacts, nosobjets techniques, prolongements prothétiques de nos membres et, désormais de nos esprits, au double sens de la vie affective et cognitive que le terme représente. C’est que « nous sommes nos outils », insiste en anthropologue, Lucy SUCHMAN (2011), sur les traces d’un Marcel MAUSS (1968 : 272). Or, en dépassement de leur naturalité désorganisatrice et irruptive, dont on a pu saisir traditionnellement nos émotions, leur partage social n’en fait-il pas également autant de vecteurs, de moteurs – à tout le moins de ressources – de nos échanges quotidiens ? Si peu smartou si relativement attachantssoient-ils, en quoi nos téléphones mobiles altèrent-ils les fonctionnements affectifs ordinaires, en tant qu’ils sont pris dans le maillage socioindividuel des interactions ? En tout état de cause, il convient de déterminer s’ils participent d’une nouvelle « écologie relationnelle », au titre de la co-individuation et des environnements associés (ceux du vivre ensemble,des communautés et autres groupes de discussion) ou s’ils font, au contraire, écran à l’intersubjectivité, comme vecteurs de la dissociation technologique, cybernétique, des environnements personnels, au titre de la primauté de leur ancrage industriel qui demeure à l’œuvre dans les réseaux sociaux et les applications mobiles (STIEGLER, 2006) ?

Sur la base des attendus du colloque, eux-même nourris des débats interdisciplinaires contemporains sur le réductionnisme, et des réflexions actuelles sur la « bêtise » potentielle de l’intelligence artificielle, notre contribution se veut aussi une interpellation de la pensée hypercritique de la technoscience, telle qu’ouverte en son temps par les questionnements d’un Jacques ELLUL (1987, 1988), en particulier autour de la sacralisation idéologique de la technique. La problématique du pharmaphone (GALLI, 2019) incite en effet particulièrement les linguistes à la réflexion sur la production du sens, dans le cadre des interactions viales réseaux socionumériques. Plusieurs considérations relèvent en effet des phénomènes langagiers et sémiotiques afférents aux fonctionnements intersubjectifs reliés aux applications mobiles (GHLISS, 2019a). Une première série porte directement sur la dimension technodiscursive des échanges verbaux (PAVEAU, 2014, 2017), de nature composite (tout aussi culturelle et sociotechnique que linguistique), et son incidence sur leur part émotive. L’autre versant de notre approche concerne la reversion des fonctionnements interactionnels dans l’environnement numérique du recours au pharmaphone : tours de parole, unités de construction de tour, particules affectives, modalisateurs et autres émotimots (Bottineau 2013, Ghliss 2019b) : que deviennent, sous ces marques discursives, dans ces contextes fragmentés mais à fonction reliante, les micros-émotions, structurantes de tout discours, de tout échange conversationnel, fussent-ils numériques ? Le cas de WhatsApp retiendra particulièrement notre attention : un corpus d’étude, recueilli en situation d’échange authentique (GHLISS, 2019a), permettra d’appréhender les marques d’affect conversationnel mobilisés dans les énoncés de l’applications mobile étudiée.

 

Références

 

Bottineau, Didier (2013). « OUPS! Les émotimots, les petits mots des émotions : des acteurs majeurs de la cognition verbale interactive » Langue française, (4), 99-112.

Ellul, Jacques, (1987). Ce que je crois. Paris, Grasset & Fasquelle.

Ellul, Jacques, (1988/2012). Le bluff technologique, Paris, Hachette (3e éd.).

Galli, David (2019). « Le Pharmaphone », C.N.R.S. Editions, Hermès, La Revue 2019/2 n° 84, pp. 89-92.

Ghliss, Yosra (2019a). « L’émotimot LOL: du mot-rire au «bonheur conversationnel» » in Médias et communication électronique : enjeux de société, (Zlitni & Liénard, dir.), , Limoges : Lambert-Lucas, pp. 43-58.

Ghliss, Yosra (2019b). « Les photo-discours WhatsApp : éléments d’analyse d’une affordance d’uneapplication mobile », Corela,[En ligne], HS-28 2019, mis en ligne le 11 septembre 2019, consulté le 28 septembre 2019. [URL : http://journals.openedition.org/corela/8480].

Mauss, Marcel (1936/1968). « Techniques du corps »,Journal de Psychologie, XXXII, ne, 3-4, mars – avril 1936. in : Sociologie et anthropologie, Paris, Payot.

OchsElinor& Schieffelin, Bambi (1989). Languagehasaheart, Text9(1),pp. 7-25.

Paveau, Marie-Anne (2014). « Ce qui s’écrit dans les univers numériques », Itinéraires[En ligne], mis en ligne le 12 janvier 2015, consulté le 3 juin 2019. [URL : http://journals.openedition.org/itineraires/2313]

Paveau, Marie-Anne (2017). L’analyse du discours numérique. Dictionnaire des formes et des pratiques, Paris, Hermann

Stiegler, Bernard (2006). Réenchanter le monde. La valeur esprit contre le populisme industriel. Paris. Ars industrialis. Champs-Essais.

Stiegler, Bernard (2008). Prendre soin: Tome 1, De la jeunesse et des générations. Paris, France : Flammarion.

Suchman, L. (2011). Subject Objects. Feminist Theory, 12(2), 119-145.

 

MOTS-CLÉS :intersubjectivité, application mobile, affects conversationnels, technologies relationnelles



Citer ce billet
Yosra Ghliss (2020, 11 janvier). [Conférence] “Les affects conversationnels à l’ère des technologies relationnelles: dissolution de l’intersubjectivité ou nouvelle intelligence des rapports ?” Fauré & Ghliss, Toulon, 2020. Discours & émotions. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o85n

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search