[Formation doctorale] Vers une recherche doctorale “située”: réflexivité scientifique, interrogations éthiques et pratiques pour la (re)construction de point de vue, Montpellier 2019.

  • Lieu : Université Paul-Valéry Montpellier 3 – Site Saint-Charles 1, salle des Colloques 1
  • Date de début de la formation : 16 décembre 2019

 

Dans le cadre de la formation doctorale de l’ED58, j’ai le plaisir de présenter avec ma collègue Axelle Cressens (chercheuse associée à CRISES EA 4424 ) une conférence intitulée :

« Vers une recherche doctorale “située” : réflexivité scientifique, interrogations éthiques et pratiques pour la (re)construction de point de vue »

Le catalogue des formations 2019/2020 est en ligne : lien 

>> Inscription obligatoire pour les doctorant·es

 

Descriptif :

Le séminaire propose d’aborder certaines pistes d’ordre éthique, méthodologique et épistémique permettant de penser la recherche doctorale comme une pratique située. Le concept des « savoirs situés » (situated knowledge, Haraway 2007 (1988)), élaboré au sein des épistémologies féministes dites « du standpoint », a transformé radicalement l’approche de la production des savoirs. Si la neutralité du sujet de connaissance et la distance par rapport à l’objet ont été posées comme des conditions sine qua non pour garantir la scientificité des savoirs, les épistémologies du standpoint ont su prouver l’impossibilité d’une telle démarche (Husson 2018). En effet, la relation à l’objet de connaissance ne peut être neutre et encore moins universelle car elle est toujours constituée à partir du point de vue du chercheur ou de la chercheuse qui, loin d’être un Homo academicus (au sens Bourdieusien 1988) est d’abord un corps et être dans le monde.

Nous nous intéresserons donc à cette approche du positionnement (Altamimi et al. 2018) qui rompt avec l’illusion d’une recherche « neutre » (Brière et al. 2018) et montrerons sa pertinence dans le contexte académique et notamment des pratiques de recherche doctorale. Ainsi, l’enjeu de ce séminaire est d’amener le doctorant ou la doctorante à interroger et (re)construire son point de vue (transformant par conséquent ses activités de recherche) en tenant compte des réalités sociales marginalisées et des types d’expérience rendus invisibles.

Quelles conséquences épistémologiques pour une recherche qui puise dans des expériences vécues et qui inclut ainsi dans son objet des réalités de l’oppression et de la domination jusqu’ici impensées ? Mais aussi, quels enjeux éthiques et politiques pour ces pratiques de recherche « ouvertes », conscientes des biais du genre, de la race, de la classe, etc. ?

Références

– Altamimi Manal, Tal Dor et Nacira Guénif-Souilamas (dir.) (2018). Rencontres radicales. Pour des dialogues féministes décoloniaux, Paris, Cambourakis.

– Bourdieu Pierre (1988). Homo Academicus, Stanford (Calif.), Stanford University Press.

– Brière Laurence, Mélissa Lieutenant-Gosselin et Florence Piron (dir.) (2018). Et si la recherche scientifique ne pouvait pas être neutre ?, Éditions science et bien commun.

– Dorlin Elsa (dir.) (2009). Sexe, race, classe, pour une épistémologie de la domination, Paris, PUF.

– Espínola Artemisa Flores (2012). « Subjectivité et connaissance : Réflexions sur les épistémologies du “point de vue” », Cahiers du genre, 53(2), pp. 99-120.

– Faury Mélodie (2018). « Que signifie être chercheuse? Du désir d’objectivité au désir de réflexivité », in Laurence Brière, Mélissa Lieutenant-Gosselin et Florence Piron (dir.), Et si la recherche scientifique ne pouvait pas être neutre ?, Éditions science et bien commun.

– Gautier Claude (2018). « De la neutralité axiologique au réalisme des expériences vécues du standpoint. Une critique féministe de la relation de connaissance », in – GenERe (éd.), Épistémologies du genre. Croisements des disciplines, intersections des rapports de domination, Lyon, ENS Éditions, pp. 97-115.

– Haraway Donna (2007). Manifeste cyborg et autres essais. Sciences, fictions, féminismes, Paris, Exils Éditeurs (notamment l’article de 1988 : « Savoirs situés : la question de la science dans le féminisme et le privilège de la perspective partielle »).

– Harding Sandra (1993). « Rethinking Standpoint Epistemology : What is Strong Objectivity ? », in Linda Alcoff et Elizabeth Potter (dir.), Feminist Epistemologies, New York & London, Routledge, pp. 49-82.

– Husson Anne-Charlotte (2018). « La contribution des théories féministes du standpoint. Pour une version forte de la perspective folk », Les Carnets du Cediscor, 14, pp. 78-87.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.