[Plan + bibliographie] Conférence “Genre, féminisme et sujet situé” Y. Ghliss, 13 novembre 2020


Vendredi 13 novembre 2020, dans le cadre du séminaire “Théories du discours” de Marie-Anne Paveau, j’ai présenté une communication intitulée “Genre, féminisme et sujet situé“. La communication est une proposition de réflexion autour de la notion d’intersectionnalité, entendue comme un héritage du féminisme noir, et son articulation avec les épistémologies féministes de la Standpoint theory (Harding, 1993).  Ce travail s’inscrit aussi dans le projet d’ouvrage collectif  Analyse du discours intersectionnelle (désormais ADI).

La conférence n’a pas été enregistrée mais un livetweet est disponible grâce à la génialissime @louzlapoetesse (merci Louzzz!) :  ici 

Je propose ici le plan et la bibliographie de la présentation :

Plan 

1. Vers une nouvelle conception de l’objectivité scientifique : de l’épistémologie dominante aux épistémologies féministes et ouvertes
  • L’épistémologie dominante
  • Les épistémologies féministes 
  • Plaidoyer pour une “strong objectivity” (Harding, 1993)
2. L’intersectionnalité : actualité, historicité et héritage féministe
  • Actualité et controverses autour de l’intersectionnalité
  • L’intersectionnalité : héritage des féministes noires 
  • De l’intersectionnalité à la post post-untersectionnalité (Mestiri, 2020)
3. L’intersectionnalité dans le discours
  • Les pièges de la (ré-)approptation
  • De la place pour la parole des concerné·es
  • Pour une linguistique intersectionnelle ?

 

Bibliographie 
  • Ajari, N. (2019). La Dignité ou la mort: Éthique et politique de la race. La Découverte.
  • Brière, L., Lieutenant-Gosselin, M., & Piron, F. (2018). Et si la recherche scientifique ne pouvait pas être neutre?. Éditions science et bien commun.
  • Bourdieu, P., & Passeron, J. C. (1964). Les Héritiers (Paris, Editions de Minuit). BourdieuLes heritiers 1964.
  • Butler, J., (2005). Vie précaire: les pouvoirs du deuil et de la violence après le 11 septembre 2001. Ed. Amsterdam.
  • Crenshaw, K. (1990). Mapping the margins: Intersectionality, identity politics, and violence against women of color. Stan. L. Rev., 43, 1241.
  • Davis, K; « L’intersectionnalité, un mot à la mode. Ce qui fait le succès d’une théorie féministe », Les cahiers du CEDREF [Online], 20 | 2015, Online since 15 June 2015, connection on 10 November 2020. URL: http://journals.openedition.org/cedref/827;
  • De Sousa Santos, B. (2015). Epistemologies of the South: Justice against epistemicide. Routledge.
  • Direnberger, L., & Schmoll, C. (2014). Ce que le genre fait à l’espace… et inversement. Les cahiers du CEDREF. Centre d’enseignement, d’études et de recherches pour les études féministes, (21).
  • DORLIN E. (2008), Black feminism. Anthologie du féminisme africain-américain, 1975-2000, Paris, L’Harmattan.
  • Dorlin, E., & Rodriguez, E. (dir.), (2012). Penser avec Donna Haraway. puf, coll. « Actuel Marx », Paris.
  • Gautier, C. (2018). De la neutralité axiologique au réalisme des expériences vécues du standpoint. GenERe (éd.), Épistémologies du genre, 97-115.
  • Haraway, D. J. (2007). Manifeste cyborg et autres essais: sciences, fictions, féminismes. (L. Allard, D. Gardey, & N. Magnan, Éd.) France: Exils Ed.
  • Harding, S. G. (1991). Whose science? Whose knowledge?: thinking from women’s lives. Etats-Unis: Cornell University Press.
  • Harding, S. (1993). Ch. 3: Rethinking Standpoint Epistemology: What Is Strong Objectivity? In Feminist Epistemologies (pp. 49-82). New York and London: Routledge.
  • Mbembe, A. (2006). Necropolitics. Raisons politiques, (1), 29-60.Mbembe, A. (2006). Necropolitics. Raisons politiques, no 21(1), 29-60. https://doi.org/10.3917/rai.021.0029
  • Mbembe, A. (2013). Sortir de la grande nuit: Essai sur l’Afrique décolonisée. La Découverte.
  • McCall, L. (2005) ‘The Complexity of Intersectionality’, Signs 30(3), p. 1771–800.
  • Mestiri, S. (2016). Décoloniser le féminisme: une approche transculturelle. Vrin.
  • Mestiri, S. (2020). Elucider l’Intersectionnalite: Les Raisons Du Feminisme Noir.Vrin.
  • Ribeiro, D. (2019). La place de la parole noire: Essai féministe. Éditions Anacaona.
  • Smith, D. E. (2005). Institutional ethnography: A sociology for people. Rowman Altamira.
  • Starhawk. (2015). Rêver l’obscur: femmes, magie et politique. Cambourakis.
  • Taguieff, P. A. (1992). Du racisme au mot «race»: comment les éliminer?. Mots. Les langages du politique, 33(1), 215-239.
  • Wallace, M. (2008) « Une féministe noire en quête de sororité » (titre original : A Black Feminist’s Search for Sisterhood), dans E. Dorlin, Black feminism. Anthologie du féminisme africain-américain, 1975-2000, Paris, L’Harmattan, pp. 44-57.

 

PS: Source photo : en ligne

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search