Se jeter à l’eau …

20493_997768476924740_689185257703393503_n

Après tant d’hésitation, d’angoisse et de peur, (il faut dire qu’il me faut peu pour entrer dans un état d’anxiété intense), me voilà écrivant mon premier billet. « Mon » billet, il  m’est très étrange d’employer ce pronom processif avec le terme billet : j’avais l’habitude de lire, de commenter et de partager « Ce / Un/ Le » magnifique billet d’untel…

Comment  me suis-je retrouvée dans cet univers de blogosphère en fait ?

Ah oui, je m’étais inscrite en thèse il y a un an, et qui dit thèse, dit solitude ; solitude non pas physique et sociale (quoique..) mais solitude spirituelle, je dirais ! On est là, dans son bureau, avec un projet de thèse…

  • Que dois-je faire au juste ?  demandais-je, naïvement (ou bêtement  comme vous le voulez) à mon DR.
  • Il faut lire, il faut lire beaucoup en cette période ! me-répond-t-il
  • Oui, mais si je me perds  dans mes idées, si je lis beaucoup de choses inutiles ?
  • Laissez-vous perdre ! Il faut se perdre pour mieux se retrouver…

J’avoue que sa réponse ne m’a guère apporté le soutien que je souhaitais « me perdre ? Mais je n’ai pas le temps de me perdre moi, je n’ai que 3 ans pour faire une thèse !» me disais-je. Toujours est-il, que j’ai suivi son conseil à la lettre, j’ai lu…un peu ou beaucoup, je ne le sais pas, mais en tout cas passionnément et plus, je lisais, plus j’apprenais des choses nouvelles, et plus je jubilais de plaisir.

Aussi excitante que pouvait être la lecture, elle ne suffisait  malheureusement pas à atténuer mon angoisse ; au contraire, mon anxiété s’est intensifiée, « ça » parlait à l’intérieur de moi, « ça » discutait, « ça » argumentait telle  ou telle position et ça critiquait  cet article fraîchement terminé… et le  « ça » restait intérieur, bien caché, me faisant de plus en plus mal…c’est officiel, je deviens folle ! »

Je continuai à lire et « ça » continuait à dialoguer au fond de ma tête, je surfais  de temps en temps (tout le temps, en fait !) sur internet, jusqu’au jour où je me suis retrouvée à un endroit assez étrange, une magnifique villa qui hébergeait  du monde venu d’ici et de là qui parlaient, qui discutaient, qui conversaient, dans une bonne ambiance…

Bien évidemment, la fouineuse que je suis, n’a pu s’empêcher de se rapprocher d’eux pour voir ce qu’ils se racontaient. Les locataires de cette villa étaient aussi étranges et singuliers que la villa qui les hébergeait, ils parlaient,  discutaient, on ne saurait dire s’ils s’écoutaient les uns les autres, mais ils semblaient  être en parfaite cohésion, non, ils semblaient plutôt être touchés par une alchimie particulière…

Ils parlent un langage dont ils semblent être les seuls à pouvoir  déchiffrer, quand l’un parle Musique, un autre lui répond Histoire  et  c’est là que soudain un troisième, s’excite, et leur répond Épistémologie…

Quel drôle de petit monde ! Me dis-je, je me reconnais assez aisément dans leur cacophonie discursive…« ça » parle aussi en eux « A l’intérieur ça boue, ça bouillonne, ça implose et je me tais de force » Mélody Faure

J’ai mis quelques mois à les écouter, timidement, de loin, appréciant leurs multiples échanges, et m’amusant de leurs petites anecdotes, je les lisais presque tous les jours et quand il n’y avait pas de nouveau billet, je me plongeais dans l’historique…

Je guettais la moindre nouveauté, le moindre locataire qui débarquait … Désormais, j’arrive presque à identifier les traits de quelques-un(e)s.. . la/e poétique, la/e révolté.e, la/e rêveuse/r, la/e nostalgique, l’avant-gardiste, et les féministes. Quelquefois, je m’amusais à lire un billet en m’efforçant à ne pas voir le nom de l’auteur.e.

En regardant, de loin,  tout ce beau monde discuter passionnément, danser habilement  avec les mots , j’avais l’impression d’être une petite gamine, qui devant une foule d’enfants qui jouent et dansent, regarde de loin en souriant, n’osant pas se rapprocher…

Et c’est là que quelques locataires de la villa s’aperçoivent de cette étrangère à côté d’eux, cette voisine indiscrète,  qui reste dans son coin, mais suit quand même leurs discussions… « Viens ! » me disent-ils, « viens te joindre à nous ! »  « qui ça ? Moi ? » (mon état d’anxiété vient d’atteindre son plus haut niveau…) L’idée de me joindre à ces personnes, si inconnues mais si familières me faisant peur et plaisir à la fois, jusqu’au moment où, prenant mon courage à deux mains, je décide de faire un blog,  comme elles, d’écrire, comme elles,  et de cogiter, comme elles…mais, moi ? Cogiter ? Mais de quoi vais-je pouvoir cogiter, quand les autres parlent de Descartes, Sartre, Foucault et Barthes alors que moi je parle de LOST, Dexter, et House of Cards?

Pas grave, j’écrirai sur « ça » ! Le « ça » qui me turlupine et qui m’empêche parfois de dormir, je vais pouvoir  mettre en mots mes maux et mes angoisses, et dialoguer avec des auteurs enterrés avant ma naissance…

Il est bientôt minuit, je pianote sur mon clavier d’ordinateur, et MON premier billet vient de voir …la nuit !


2 réponses

  1. Marie-Anne Paveau dit :

    bienvenue dans la belle communauté des carnetier.e.s, un nouveau carnet sur les discours, c’est une bonne nouvelle ! on t’attend dans la belle villa l’an prochain, si le thème te plaît – je ne voudrais pas t’enlever tes illusions sur les locataires de la villa, mais nous avons sans doute plus regardé Lost, Dexter et House of cards, que lu Descartes et même Foucault ! du coup, comme je ne suis pas ton DR, je te glisse un conseil série : The Honourable Woman, une merveille, sur fond de conflit Israël-Palestine

    • Yosra Ghliss dit :

      Les locataires regardent aussi des séries? Ma foi, ils/elles sont si parfait.e.s =’)
      PS: Merci pour la série 😉 je vais la découvrir illico!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *